Efficacité piège à cailloux

Piège à cailloux : est-ce utile et efficace ?

Piège à cailloux : est-ce utile et efficace ?

La solution préconisée par les bureaux d'études et certains constructeurs réside dans le placement d'un piège à cailloux en amont pour capturer ces éléments avant qu'ils ne viennent engendrer des dégâts au sein de la station. Est-ce vraiment efficace ?

Son principe de fonctionnement porte sur la réduction de vitesse d'écoulement de l'effluent dans cet appareil, engendrant automatiquement une chute des solides au fond du piège. Concrètement, il s'agit donc d'une boite d'une forte section par rapport à la canalisation d'arrivée et qui présente un certain volume de rétention des éléments, intercalée entre le camion hydrocureur et l'appareil à protéger.

L’efficacité du piège à cailloux

Bien qu'appelé piège à cailloux, il ne capture malheureusement pas que les cailloux. On y retrouve tous les éléments plus denses mais également ceux qui ont été entraînés dans cette chute. On y trouve également l'effluent et certaines matières organiques.

Cette boite cubique ou cylindrique est souvent réalisée en inox avec, suivant les versions, une vanne de vidange en partie basse ou un panier extractible en partie haute que l'opérateur peut ôter pour n'en sortir que les éléments solides. On peut rapidement imaginer les problèmes que cela engendre pour l'exploitant.

La vanne va permettre de vidanger le piège à cailloux dans un autre réservoir transportable mais avec l'effluent. Tout comme le panier, ce réservoir va présenter une charge importante qui demandera un moyen de levage adapté et un endroit pour le réceptionner. Une poubelle, un container ? Comment gérer la phase liquide et les matières organiques ?

Ce piège à cailloux demande également une vérification régulière de son volume de retenue. Dès qu'il est plein et il ne vous prévient pas quand c'est le cas, il ne joue plus son effet de réducteur de vitesse, amenant les déchets les plus lourds à le traverser sans aucune retenue.

On le comprend aisément. Cette solution est théoriquement efficace mais, en exploitation, très contraignante sans avoir de garantie réelle de protection.

Piège à cailloux

Des solutions plus efficaces au piège à cailloux

En fonction des configurations, on peut installer des appareils qui ne demandent pas de protection de ce type. Si le piège à cailloux est là pour protéger un dilacérateur ou un broyeur non adapté, pourquoi ne pas opter pour un broyeur ne nécessitant pas de piège à cailloux ?

Par ce biais, l'opérateur ne sera plus dans l'obligation de gérer un appareil de ce type (moins d'investissement mais également moins de frais d'exploitation).

Voici quelques éléments techniques qui différencient les broyeurs entre eux:

  • Le maintien des deux arbres, de part et d’autre de la chambre de coupe, renforce leurs rigidités. 
  • Le coffret de commande et son automate vont également protéger le broyeur des surintensités engendrées par des éléments solides. Une fonction d’arrêt et de fonctionnement arrière permettra au broyeur de se dégager du solide mais également de le représenter sous un autre angle, ce qui permettra, petit à petit, de venir à bout de ces solides.
  • La faible vitesse de rotation, engendrant un couple très important de broyage permettra à l’unité de réduire plus facilement la taille des particules solides contenues dans l’effluent.

Le piège à cailloux n’est qu’une bonne solution théorique demandant une gestion trop régulière de sa vidange ainsi que du déchet engendré. Croire que ce piège à cailloux va, dans le temps, réellement protéger votre installation est quelque peu illusoire, sauf si vous avez le temps d’apporter une attention très régulière à ce système et que la gestion des volumes de déchet engendré ne vous pose pas de problème. Mais ceci est rarement le cas dans la vraie vie.

Retour