Comment amorcer une pompe de relevage ?

Comment amorcer une pompe de relevage ?


Cette question peut être surprenante dans bon nombre d’applications puisqu’une pompe de relevage peut être submersible et donc entourée d’eau mais ce n’est pas toujours le cas et même lorsqu’elle est plongée dans l’eau, elle peut présenter des difficultés à s’amorcer. Reprenons ces éléments d’hydraulique pour comprendre le fonctionnement de l’amorçage d’une pompe.

Comment amorcer une pompe de relevage ?

D’un point de vue hydraulique...

... une pompe centrifuge de relevage peut être située dans l’eau (submersible ou immergée), à côté de l’eau (en charge) ou au-dessus de l’eau (auto-amorçante). Dans les deux premières configurations, l’eau arrive par gravité dans la volute poussant l’air, éventuellement emprisonné, vers le refoulement.


Si aucune retenue de cet air est présente sur le circuit de refoulement, la roue sera bien pleinement noyée dans l’effluent, permettant son fonctionnement normal. Mais le design de la volute, la présence rapprochée d’un clapet au refoulement peut être une source de maintien d’un certain volume d’air au sein même de la pompe. Dans ce cas, la pompe ne pourra pas parfaitement s’amorcer et créer la pression de refoulement nécessaire pour évacuer cet air.

La présence d’air dans une pompe de relevage ?

La présence d’air peut provenir de différentes manières. Lors de l’introduction de la pompe dans l’eau, on peut, naturellement, emprisonner de l’air dans la volute. Par le dégazage d’eau usée ou un système de d’aération en fond de fosse. Par un arrêt trop profond et la création d’un vortex.

Différentes solutions existent à ces problèmes comme la réaction d’un petit trou au point haut de la volute d’une pompe submersible pour évacuer cet air ou le relevage du point d’arrêt de la pompe pour éviter le vortex.

Comment amorcer une pompe de relevage ?

La création d’un vortex et la hauteur de submergence

La hauteur d’arrêt du pompage par rapport à la pompe tant submersible, en charge qu’auto-amorçante doit être parfaitement maitrisée et en corrélation avec le débit de la pompe. Cette hauteur de mouillage de la pompe ou de la canalisation d’aspiration représente la hauteur de submergence en-dessous de laquelle, pour un débit donné, un vortex va se former et entrainer de l’air dans l’effluent pompé. En plus de réduire le débit réel pompé et endommager la pompe, à l’arrêt, cet air entrainé peut former un volume suffisant pour dénoyer partiellement la pompe et empêcher son amorçage.

Nous aborderons le calcul de la hauteur de submergence prochainement mais cette hauteur est fonction du débit réalisé par la pompe et de la vitesse d’écoulement de l’effluent pompé à l’entrée de la canalisation.

 

Bien évidemment, une pompe auto-amorçante pourra vaincre se problème mais ce n’est pas le cas pour les autres technologies de pompe centrifuge. Une attention particulière devra donc être apportée à l’ensemble de ces paramètres externes pour que votre pompe puisse parfaitement s’amorcer jour après jour.

Retour