Accueil > Blog > Piège à cailloux : est-ce utile et efficace ?

Piège à cailloux


Blog
Piège à cailloux : est-ce utile et efficace ?

 

La solution préconisée par les bureaux d'études et certains constructeurs réside dans le placement d'un piège à cailloux en amont pour capturer ces éléments avant qu'ils ne viennent engendrer des dégâts au sein de la station. Est-ce vraiment efficace ?

 

Qu'est ce qu'un piège à cailloux ?

 

Son principe de fonctionnement porte sur la réduction de vitesse d'écoulement de l'effluent dans cet appareil, engendrant automatiquement une chute des solides au fond du piège. Concrètement, il s'agit donc d'une boite d'une forte section par rapport à la canalisation d'arrivée et qui présente un certain volume de rétention des éléments, intercalée entre le camion hydrocureur et l'appareil à protéger.

 

Quelle est l'efficacité de cette solution ?

 

Bien qu'appelé piège à cailloux, il ne capture malheureusement pas que les cailloux. On y retrouve tous les éléments plus denses mais également ceux qui ont été entrainés dans cette chute. On y trouve également l'effluent et certaines matières organiques.


Cette boite cubique ou cylindrique est souvent réalisée en inox avec, suivant les versions, une vanne de vidange en partie basse ou un panier extractible en partie haute que l'opérateur peut ôter pour n'en sortir que les éléments solides. On peut rapidement imaginer les problèmes que cela engendre pour l'exploitant.


La vanne va permettre de vidanger le piège à cailloux dans un autre réservoir transportable mais avec l'effluent. Tout comme le panier, ce réservoir va présenter une charge importante qui demandera un moyen de levage adapté et un endroit pour le réceptionner. Une poubelle, un container ? Comment gérer la phase liquide et les matières organiques ?


Ce piège à cailloux demande également une vérification régulière de son volume de retenue. Dès qu'il est plein et il ne vous prévient pas quand c'est le cas, il ne joue plus son effet de réducteur de vitesse, amenant les déchets les plus lourds à le traverser sans aucune retenue.


On le comprend aisément. Cette solution est théoriquement efficace mais, en exploitation, très contraignante sans avoir de garantie réelle de protection.

 

D'autres solutions ?

 

En fonction des configurations, on peut installer des appareils qui ne demandent pas de protection de ce type. Si le piège à cailloux est là pour protéger un dilacérateur ou un broyeur non adapté, pourquoi ne pas opter pour un broyeur ne nécessitant pas de piège à cailloux ?

Par ce biais, l'opérateur ne sera plus dans l'obligation de gérer un appareil de ce type (moins d'investissement mais également moins de frais d'exploitation).

 


Je souhaite être rappelé par un expert
retour aux articles