Accueil > Blog > Les manomètres, le reflet des performances de vos pompes centrifuges

Les manomètres pour pompe centrifuge


Blog
Les manomètres, le reflet des performances de vos pompes centrifuges

 

Le manomètre et le vacuomètre sont respectivement des capteurs de pression et de dépression. Il existe de nombreux types de manomètre, analogique ou digital, qu’il faudra adapter à l’effluent à pomper ainsi qu’aux plages de pressions à envisager.

 

Quelle est l’utilité de ces appareils ?

 

Il n’est pas toujours évident de s’apercevoir d’une baisse de performance des pompes. Les capteurs de pression donnent des valeurs chiffrées, ce qui permet à l’utilisateur de voir concrètement l’évolution des performances de la pompe et lui permet d’anticiper les éventuelles défaillances. Les manomètres sont en quelque sorte « des yeux à l’intérieur de la pompe ».

Une installation correcte d’un manomètre au refoulement et d’un vacuomètre à l’aspiration, pour une pompe auto-amorçante, aide à mieux interpréter le fonctionnement de la pompe. En effet, la soustraction de la valeur à l’aspiration à la valeur au refoulement vous donnera la HMT (Hauteur Manométrique Totale) que la pompe doit vaincre. En la comparant avec le relevé effectué avec un relevé précédent, toute chose restant identique, on pourra vérifier du bon fonctionnement hydraulique de la pompe.

 

Qu’est-ce que ces mesures peuvent révéler ?

 

a.   Le point de fonctionnement sur la courbe de la pompe. En effet, avec la vitesse de rotation de la pompe, on peut matérialiser le point de fonctionnement et vérifier si celui-ci est toujours identique.


b.   Une obstruction de la canalisation d'aspiration. Une valeur du vacuomètre plus importante que la normale va indiquer des pertes de charges anormales pouvant être provoquées par une obstruction de la canalisation d'aspiration.


c.
   Une fermeture de vanne ou un encrassement de la canalisation. Une valeur plus importante de lecture du manomètre au refoulement peut nous amener à vérifier la fermeture d'une vanne ou à l'encrassement éventuel d'une canalisation.


d.   Le besoin d'une vanne de chasse d'air au refoulement. Lors de l'amorçage de la pompe, l'air du circuit est déplacé vers le refoulement. Lorsque cet air ne peut pas être évacué à cause d'un clapet au refoulement ou d'un bouchon d'eau, la pompe ne pourra que difficilement s'amorcer. Ce phénomène se traduit par une pression très faible au refoulement.


e.   L'usure de la pompe. En fermant la vanne au refoulement, on ramène le débit à zéro et on peut calculer la HMT à débit nul et la comparer à celle du courbier pour cette vitesse de rotation. Une valeur plus faible demandera une maintenance de la pompe ou de sa transmission.


f.   Le phénomène de submergence ou d'absorption d'air. Des oscillations anormales au niveau du vacuomètre à l'aspiration peuvent être dues au passage d'air dans la pompe. Si la canalisation est bien étanche, cet air ne peut provenir que de la formation de vortex à un niveau trop bas dans la fosse ou un niveau de mouillage trop faible de la canalisation.


Il se peut que l'installation des manomètres ne soit pas évidente sur une pompe existante, par manque de piquage préinstallé. La majorité des pompes Gorman-Rupp sont équipées, sur leurs brides d'aspiration et de refoulement, de prises manométriques qui permettent leurs installations ponctuelles. Un moyen simple de vous garantir une maintenance préventive aisée.

 


Je souhaite être rappelé par un expert
retour aux articles